Kohler, Désiré (1814-1867)

De Porrentruy. Né en 1816. Décédé en 1867. Fils de Joseph Antoine Dominique, dit Antoine Kohler, et de Marie Françoise Catherine Joliat. Frère d'Adrien Kohler, Marie Joséphine (1812-1878) et Marie Madeleine Françoise (1817-1875). Cousin de l'homme de lettres et co-fondateur de l'Emulation Xavier Kohler et beau-frère de Jules de Lestocq.

Ecoles et Collège de Porrentruy, puis études de droit à l'Université de Strasbourg, d'où il revient une licence en poche. Patente d'avocat délivrée par la Cour suprême du canton de Berne en 1841. Avocat, il s'établit à Porrentruy, d'abord comme collaborateur de son père, dont il reprend l'étude en 1856. La discipline rigoureuse à laquelle il semble s'être soumis quotidiennement lui valut le surnom "le Respectable" dans son entourage. Il n'en consacre pas moins ses loisirs au dessin et à la peinture.
Il côtoie Joseph Trouillat à l'école primaire (1820-1822), puis en différentes circonstances, notamment à la Commission des écoles primaires de Porrentruy, au Conseil municipal (1844-1852), au Grand Conseil bourgeois (1845-1846) ou encore au Comité pour les chemins de fer d'Ajoie (1856).
Avocat brillant, il était également un caricaturiste et polémiste redouté qui prit part aux luttes politiques de son époque. Député conservateur au Grand Conseil bernois (1854-1862).
Membre fondateur de la Société jurassienne d'Emulation (SJE) (1847).
Excellent cavalier, il meurt pourtant d'une chute de cheval.

Philippe Hebeisen, 24/08/2005
Dernière modification: 10/03/2009

Bibliographie

Benoît Girard, « Trois caricatures bruntrutaines de 1840 : la griffe de Désiré Kohler », in Jurassica, 15, 2001, p. 42-48
D. Prongué, Joseph Trouillat, un itinéraire entre politique et histoire, 1815-1863, Fribourg, 1998, p. 560
François Noirjean et Michel Hauser, Un homme, une maison : hommage à Xavier Kohler, Porrentruy, 1991, pp. 7-8
G. Boinay, « Désiré Kohler », in Le livre du centenaire 1847-1947, Porrentruy, SJE, 1947, pp. 192-194
Gustave Amweg, Les Arts dans le Jura bernois et à Bienne, tome 1, Porrentruy, 1937, pp. 354-355 / 439