Deutsch

Fabrique d'indiennes de Bienne

La fabrication d'indiennes est introduite en Suisse par des réfugiés huguenots et va connaître un important développement durant le XVIIIe s.
En 1747, deux notables biennois, Benedikt Rother (1697-1761) et Alexander Jacob Wildermeth (1715-1786), construisent une entreprise à l'extérieur de la ville de Bienne, au lieu-dit le Pasquard. Connaissant des difficultés financières, la fabrique voit se succéder les directeurs jusqu'à son rachat par François Verdan en 1784. Rapidement, il va bénéficier de la collaboration de son fils, Henri (1770-1832) et de ses deux gendres, Jean-Rodolphe Neuhaus
(1767-1846) et Jean-Pierre Huber (1772-1839) ; l'établissement prend la raison sociale Verdan & Cie. Ils ne vont pas tarder à faire partie des industriels les plus fortunés du département du Haut-Rhin. En 1808, l'entreprise compte deux fabriques d'indiennes (à Bienne et Delémont), trois ateliers de tissage et deux filatures. Elle produit alors environ 8700 pièces de tissu de 16 mètres de long en une année. En comptant les filatures et ateliers de tissage de la ville, l'entreprise occupe alors 1200 travailleurs, soit prés de la moitié de la population biennoise. L'entreprise se mécanise et continue de prospérer jusqu'au départ des Français en 1814. Elle perd alors son statut privilégié au sein du marché français et peine à faire sa place sur le marché suisse où elle se retrouve en concurrence avec les indiennes anglaises. La fabrique va alors péricliter jusqu'à sa fermeture en 1842.

Emma Chatelain, 19/05/2009
Dernière modification: 5/12/2011

Bibliographie

Bernard Romy, Le Meunier, l'horloger et l'électricien. Les usiniers de la Suze, 1750-1950, Intervalles, no 69-70, automne 2004, p. 60-64