Charpilloz, Arnold (1902-1984)

Originaire de Bévilard. Né le 5 janvier 1902 à Bévilard. Décédé le 14 octobre 1984 à Bévilard, inhumé à Saignelégier. Fils d'Alfred et Irma Charpilloz, fondateurs de la fabrique de pignons Hélios. Cadet de 13 enfants, frère de Daniel. Epoux, en 1er mariage, de Marguerite Eindiguer (1923), dont il a deux filles. Devenu veuf, il épouse en 2ndes noces (1945) Lucie Zwahlen (1908-1999), dont il a deux enfants, dont Alain.
Classes primaires à Bévilard, Progymnase français de Bienne, puis Ecole de commerce et Ecole d'horlogerie de Genève.
Avant de se retrouver à la tête de l'usine familiale Hélios à Bévilard (de 1924-1940 avec son frère, dès 1940 seul jusqu'en 1982), C. effectue une carrière de footballeur. Dès l'âge de 16 ans, il joue avec le FC Servette, passant dans la 1ère équipe à 19 ans. Il remporte le doublé - championnat et Coupe de Suisse - avec son club en 1922. Deux fois champion romand avec le FC Servette (1923 et 1924), il est sélectionné à trois reprises en équipe nationale durant l'année 1923 et marque un but contre la Norvège (Oslo, 21 juin 1923). L'année suivante, il fait partie de l'équipe qui parvient en final des Jeux Olympiques de Paris mais ne joue aucune des cinq rencontres.
Sa carrière d'industriel débute en 1923, lorsqu'il revient à Bévilard dans l'entreprise paternelle qu'il dirige dès lors avec deux de ses frères. En 1941, il reprend seul l'affaire en rachetant les parts de son frère Daniel. En 1958, il fonde l'entreprise Acic SA, à Bévilard, vouée à la fabrication de seringues médicales, puis de machines à laver pour hôpitaux. En 1974, il prend une participation importante dans l'entreprise Serge Meister, à Court, produisant des outillages en métal dur. Jusqu'à la fin 1978, C. préside aux destinées de son groupe industriel, d'abord comme patron, puis en tant que président des conseils d'administration des entreprises Hélios A. Charpilloz SA, Acic SA et Serge Meister SA. Début 1979, il cesse toute activité professionnelle et passe la main à son fils Alain.
Président pendant plus de vingt ans de l'Association des fabricants suisses de pignons.
Toute sa vie durant, il soutient le sport qu'il continue de pratiquer (alpinisme, tennis et golf). On lui doit notamment l'aménagement du terrain de football de Bévilard qu'il finance en grande partie. Il crée également le « Challenge du meilleur sportif jurassien ».
Il soutient aussi d'autres sociétés, dont la fanfare d'Unité jurassienne, le choeur « L'Ame jurassienne » et la Société des accordéonistes jurassiens.

Emma Chatelain et Philippe Hebeisen, 3/07/2008
Dernière modification: 28/06/2010

Fonds d'archives

ARCJ, Dossiers Flückiger, « Charpilloz »

Bibliographie

Le Démocrate, 16 octobre 1984
Le Pays, 16 octobre 1984
Virgile Moine (éd.), Chronique du Jura bernois, Zurich, 1947, pp. 187-190
100 ans de passion (1907-2007), Moutier, Association jurassienne de football, 2007, p. 105