Pfister, Alfred (1874-1951)

Pfister, Alfred (1874-1951)Né le 18 novembre 1874 au Locle. Décédé le 17 septembre 1951 à Saint-Imier.
Après une formation à l’Ecole d’horlogerie du Locle (diplôme de technicien), P. travaille chez son père, fabricant de montres (pièces compliquées), puis est outilleur à la fabrique d’horlogerie de Montilier et technicien à Bassecourt. Dès le 5 juin 1896, il apparaît sur les rôles de la fabrique Longines où il travail aux côtés de Jacques David. P. devient fondé de pouvoir en 1912 puis directeur technique le 10 mai 1915, au décès de son illustre prédécesseur. En 1918, il entre au conseil d'administration de l'entreprise dont il devient administrateur-délégué en 1927. Pendant sa carrière, il travaille entre autres à réduire l'épaisseur des mouvements et à la création de nombreux calibres et produits d'avant-garde, dont les montres pour aviateurs. Il se préoccupe également des ouvriers et est un partisant convaincu des oeuvres sociales créées aux Longines : membre-fondateur du conseil du Fonds de retraite, vieillesse et invalidité et du Fonds de jubilé et qu'il présidait.
Président de l’Association cantonale bernoise des fabricants d’horlogerie (ACBFH) de 1923 à 1926 et de 1932 à 1938.
En 1924, la Fédération Horlogère est créée et P. y représente la Compagnie des Montres Longines, Francillon SA au sein du comité. Dans ce cadre, il contribue à élaborer les conventions horlogères et surtout à les faires appliquer.
Membre de la Commission municipale des Services Techniques et membre, dès 1913, puis président durant 29 ans, de la Commission de surveillance de l'Ecole d'horlogerie et de mécanique de St-Imier, institution qu'il influencera et développera beaucoup.
Membre du conseil d'administration de la Société d'électricité de Sonceboz.

Emma Chatelain et Raphaël Rey, 29/04/2008
Dernière modification: 2/06/2021

Bibliographie

André Francillon, Histoire de la fabrique des Longines, précédée d'un essai sur le comptoir Agassiz (préface de Bernard Gagnebin), Saint-Imier, 1947, pp. 108, 136, 142, 150
Jacqueline Henry Bédat, Une région, une passion : l’horlogerie. Une entreprise : Longines, Saint-Imier, 1992, pp. 121, 124, 125, 158
Pierre-Yves Donzé, Histoire d’un syndicat patronal horloger, Neuchâtel, 2006, p. 97
Le Jura bernois
, 19 septembre 1951
Journal suisse d'horlogerie et de bijouterie, n° 11-12, novembre-décembre 1951, p. 386
Journal Longines, n° 106, 29 septembre 1951, pp. 1-4

Iconographie

(c) Journal suisse d'horlogerie et de bijouterie, 1951.