Vermeille (Wermeille, Wermoille), Pierre Joseph (1747-1804)

Né au Bémont, baptisé à Saignelégier le 1er janvier 1747. Décédé à Eteimbes (F, canton Dannemarie) le 10 décembre 1804. Fils de Jean Jacques, agriculteur, et de Marie Marthe née Boillat.
Etudiant au séminaire de Porrentruy en 1774 et 1775, il reçoit la tonsure en 1771 (dimissoriales du 29 août) et les ordres mineurs le 26 février 1774 ; il est ordonné sous-diacre le 28 mai 1774, diacre le 17 décembre 1774, prêtre le 1er avril 1775 (à Porrentruy, dans l'église du collège) ; il est approuvé (juridiction) pour la première fois le 1er avril 1775 (post examen supra mediocritatem).
En avril 1785, il demeure à Porrentruy, non approuvé pour le confessionnal et vaquant à l'instruction de la jeunesse. Le 23 août 1786, il est au bénéfice d'une attestation de ses capacités à assumer un bénéfice curial. Après la démission de Jean Baptiste Brossard, il est nommé curé de Courtedoux par provision apostolique du 19 septembre 1786 et est installé le 11 novembre suivant. Il reste à Courtedoux jusqu'à la Révolution.
Il est choisi le 5 décembre 1792 comme député de Courtedoux, par le président de l'assemblée de la République rauracienne (Joseph-Antoine Rengger de la Lime (1734-1818)), mais en a été congédié lors de la neuvième séance (29 décembre 1792). Il prête le serment de liberté-égalité en 1793 ; il signe les actes de décès de la paroisse de Porrentruy. Il est arrêté et emprisonné au château de Porrentruy le 12 janvier 1793. En novembre 1793, il fait une déclaration de renonciation au sacerdoce. Il est emprisonné le 3 décembre suivant, puis à nouveau le 8 janvier 1794. Le 1er avril 1794, il est arrêté et condamné à la déportation perpétuelle par la commission révolutionnaire. Détenu dans la maison de réclusion aux Annonciades, il s'en échappe dans la nuit du 30 avril au 1er mai 1794. Il est à Ulm en 1795, dans la Principauté de Passau de 1798 à 1800 ; en 1798, il rétracte son serment chez le curé de Windorf, près de Vilshofen an der Donau (Niederbayern, arr. Passau).
En avril 1801, il est approuvé comme administrateur provisoire de la paroisse d'Oberwil (BL). De retour à Porrentruy le 28 mai 1801, puis à Courtedoux, il s'y trouve en conflit avec les paroissiens qui refusent de contribuer à son entretien, lui préférant l'abbé Jean Pierre Montandon.
Depuis le mois de février 1802, il se réfugie à Thann. Il est ensuite desservant à Uffholtz (F, canton Cernay) en 1802-1803 ; c'est là qu'il adhère au Concordat le 31 août 1802. Desservant d'Eteimbes en 1803-1804.

Jean-Pierre Renard et Emma Chatelain, 30/11/2005
Dernière modification: 1/06/2010

Bibliographie

Eugène Folletête, « Rauracia Sacra. Première partie », in Actes SJE, 36, 1931, p. 213

Jean-Pierre Renard, Le clergé paroissial dans les arrondissements de Delémont et de Porrentruy avant et après la réorganisation de 1802-1804, Saignelégier, 2009, p. 540