Priqueler, Antoine (1753-?)

Né Jacques-Antoine Fridolin le 6 mars 1753 à Champagney (Haute-Saône, Franche-Comté). Fils de Jean-Baptiste, lieutenant de cavalerie, chevalier de Saint-Louis (26.3.1698-1.11.1752), gentilhomme, et de Marie-Thérèse Gobel, soeur de l'évêque de Lydda Jean-Baptiste Gobel. Epouse Marie-Thérèse Béchelé, de Massevaux (1786), 2 enfants. Six frères et soeurs, dont Jean-Baptiste (1750-?). Beau-frère de Joseph-Antoine Rengger de la Lime.
Carrière militaire dès 1769 au sein des gardes du corps du Roi, il reçoit son brevet de capitaine en 1786 (capitaine de cavalerie). En 1789, alors en congé de semestre dans son village natal, il rédige les cahiers de doléances de la commune de Champagney aux états généraux et est notamment l'initiateur de l'article 29 réclamant l'abolition de l'esclavage et l'égalité entre tous les hommes. Un article tout à fait remarquable pour l'époque. En effet, sur les 2000 cahiers envoyés à Paris, seuls 49 réclament la suppression de l'esclavage. Proche, voire membre de la Société des Amis des Noirs.
Après le licenciement de son corps en 1791, on le retrouve deux ans plus tard à Porrentruy. Le 23 août 1793, il est nommé capitaine de la deuxième compagnie de gendarmerie du département du Mont-Terrible stationnée à Delémont. Le 15 mai 1795, il est nommé à la tête de la première compagnie, remplaçant ainsi le capitaine Bouchelier parti en retraite. P. s'installe alors à Porrentruy où il devient le chef de tous les gendarmes du département. Lors d el'annexion de ce dernier, le 17 février 1800, malgré la recommandation de ThéodoreF Liomin, P. est remplacé par son neveu Joseph-Antoine Rengger. On ignore ce qu'il advint de P. par la suite.

Emma Chatelain, 23/10/2005
Dernière modification: 28/07/2010

Bibliographie

Jean-René Suratteau, Le département du Mont-Terrible sous le régime du Directoire : (1795-1800), Paris, 1965, p. 39, 119, 206-207, 423-424, 1045
André Bandelier, Porrentruy, sous-préfecture du Haut-Rhin : un arrondissement communal sous le Consulat et l'Empire, 1800-1814, Neuchâtel, 1980, p. 142, 369
André Bandelier (dir.), Théophile-Rémy Frêne. Journal de ma vie, vol. 5, Porrentruy : SJE, Bienne : Intervalles, 1993, p. 578
Michel Hof, « Jacques-Antoine Priqueler : un capitaine de gendarmerie de Porrentruy milite pour l'abolition de l'esclavage », in L'Hôtâ, n° 24, 2000, p. 69-74
www.champagney.com/priqueler.pdf (16.6.2009)
http://icp.ge.ch/po/cliotexte/xviiie-et-xixe-siecle-epoque-de-la-revolution-francaise/france.abolition.esclavage.html (16.6.2009)