Demange, Fidèle Apollinaire (1749-1823)

Né à Delémont le 23 juillet 1749. Décédé à Courfaivre le 20 janvier 1823 (inhumé le 25). Fils de Jean [Baptiste] « Desmanches », alors membre du Conseil de ville, et de sa seconde épouse, Marie Anne Lucrèce née Bennot. Demi-frère cadet de François Ferdinand (1732-1813).
Orphelin de père à cinq ans et de mère à douze ans, il a probablement fait sa première éducation chez son demi-frère, curé d'Undervelier depuis 1759. Il suit les cours au Collège de Porrentruy (cité en 1766 et 1767). Il reçoit la tonsure et les ordres mineurs le 9 septembre 1770. Le 7 juin 1770, il est au bénéfice de lettres de recommandation pour le Collège germanique à Rome, où il fait ses études de 1769 à 1774 et où il est sans doute ordonné sous-diacre, diacre et prêtre. Le 29 octobre 1774, il reçoit la permission de sortir du diocèse, et est vicaire dans le diocèse de Besançon durant 8 ans . Il est approuvé (juridiction) pour la première fois le 1er août 1775, en tant que vicaire à Charmoille (diocèse de Bâle !) ; il y est encore cité en 1776. En 1778 et 1781, il est cité comme vicaire à Alle (diocèse de Besançon), paroisse dont son frère est curé. Le 7 juin 1781, il est investi curé de Vermes, paroisse vacante par la démission d'Adam Joset le 31 mai précédent. Il est créé protonotaire apostolique en 1782 (attestation du 18 septembre). Le 12 février 1790, il est investi curé de Courfaivre, paroisse vacante par la mort de Jean-Baptiste Noirjean.
Réfugié à Soleure en 1793, il rentre en 1796. Selon Vautrey, il est resté un certain temps à Châtillon, dans la Prévôté de Moutier-Grandval (avant l'invasion française de 1797). Il est à Laufenburg en 1798 et dans le village voisin de Rickenbach (D) en 1799. En novembre 1800, il est professeur à Schwyz. En janvier 1801, à Courfaivre, c'est Jean Joseph Bailat qui est vicaire ; D. rentre dans sa cure en septembre 1801. Cité comme desservant de Courfaivre en octobre 1801 et en septembre 1802, il est confirmé dans cette fonction à la réorganisation et prête le serment lié à sa charge le 27 avril 1803, dans l'église de Delémont. Il reste à Courfaivre jusqu'à sa mort. Son testament du 28 juin 1820 (codicille du 1er mai 1822) énumère les donations faites à la commune, aux écoles et à la paroisse, notamment pour d'éventuels candidats à l'état ecclésiastique.

N.B. Un « Georgius Fidelis Demange Delemontanus Rauracus log » est immatriculé à l'université de Fribourg-en-Brisgau en 1768-1769.

Jean-Pierre Renard et Emma Chatelain, 8/10/2005
Dernière modification: 8/12/2009

Bibliographie

Louis Vautrey, Notices historiques sur les villes et les villages catholiques du Jura, district de Delémont, Genève 1979 (1ère éd. Fribourg 1881), p. 132-135, 666-667
Eugène Folletête, « Rauracia Sacra ou dictionnaire historique du clergé catholique jurassien », in Actes SJE, 36, 1931, p.137-138
André Bandelier (dir.), Théophile-Rémy Frêne. Journal de ma vie, volume V, SJE, Porrentruy, Intervalles, Bienne, 1993, p. 414
Jean-Pierre Renard, Le clergé paroissial dans les arrondissements de Delémont et de Porrentruy avant et après la réorganisation de 1802-1804, Saignelégier, 2009, p. 266
Enquête ecclésiastique de l'An XII (1804)