Forces Motrices Bernoises (FMB)

L'ancêtre des Forces Motrices Bernoises (FMB) est la centrale hydroélectrique de Hagneck, sur l'Aar. La Société « Usine électrique de Hagneck SA » est fondée à Bienne le 19 décembre 1898 par Edouard Will (1854-1927), homme d'affaires biennois, et Charles Wolf (1845-1921), maire de Nidau. Les travaux de construction de la centrale et du réseau commencent en 1897 et se terminent en automne 1900.
Après avoir acquis l'usine de Spiez (sur la Kander, au bord du lac de Thoune, construite de 1897-99) en 1903, la Société « Usine électrique de Hagneck SA » prend le nom de « Usines réunies de la Kander et de Hagneck SA » et déplace son siège social de Bienne à Berne. En 1909, elle devient « Forces Motrices Bernoises SA ». Dès 1903, les deux usines sont reliées entre elles par une ligne de 16 kV de 65 km (plus tard, les différentes usines du réseau des FMB seront elles aussi reliées par des lignes à haute tension). En 1995 finalement, la société prend le nom de « BKW FMB Energie SA ».
Dans le Jura et le Jura bernois, les FMB vont très tôt s'implanter comme fournisseur d'électricité et compléter ou remplacer la production électrique des petits usiniers. Les FMB deviennent ainsi le plus grand concurrent de la Société des forces électriques de La Goule (SEG). Dès les années 1960, les FMB contrôlent la majorité de son capital.

Dans le premier quart du XXe s., le réseau des FMB va s'agrandir de manière significative. La demande étant toujours plus forte, les FMB vont agrandir, racheter ou faire construire de nouvelles usines.
L'agrandissement de l'usine de Spiez va en effet être suivi de la construction des usines de Kandergrund (1911) et de Kallnach (1913). Dans le Jura, les FMB rachètent différentes usines :
- 1911 les Blanches-Fontaines, Tavannes ;
- 1912 l'usine de la Sociétés des forces motrices du Doubs, Bellefontaine ;
- 1913 les usines Amédée Comte ;
- 1918 les usines des Forces motrices de la vallée de Laufon.

En 1916, les FMB commencent leur extension hors du canton de Berne avec le rachat de l'Usine électrique de Wangen SA qui possède la centrale électrique de Bannwil en Haute-Argovie et a un réseau de distribution qui va jusqu'à Delémont. Cette acquisition permet aux FMB de s'étendre du côté de l'Argovie et des cantons de Soleure et Bâle-Campagne.
Finalement, les FMB achèvent leur couverture du canton de Berne en reprenant à leur compte, dans le Mittelland et l'Oberland, des régions desservies auparavant par les Entreprises électriques fribourgeoises.
Durant ces années, la production annuelle moyenne des FMB va considérablement augmenter (cf. p. 2).
Il ne faut pas non plus oublier le rôle de la Première Guerre mondiale qui va considérablement faire augmenter la consommation d'électricité en raison des difficultés d'importation de manières premières telles que le charbon, et de l'augmentation de l'activité industrielle et du développement des chemins de fer par exemple.
De 1917 à 1920, la construction de la centrale hydraulique de Mühleberg (Aar) va aussi permettre une augmentation de la production.

Le 20 juin 1925, les FMB fondent à elles seules la société les Forces Motrices de l'Oberhasli SA. Elles seront rejointes plus tard par les villes de Bâle (1928), Berne (1930) et Zurich (1939) à hauteur de 1/6e chacune, 3/6e restant aux mains des FMB.
Les travaux commencent en 1925 et neuf usines, à accumulation ou au fil de l'eau, vont être construites jusqu'en 1982 : usine de Handeck I, 1932 ; Innertkirchen I, 1943 ; Handeck II, 1950 ; Grimsel I, 1954/1974 ; Fuhren, 1960 ; Hopflauenen, 1967 ; Innertkirchen II, 1968 ; Handeck III, 1977 ; Grimsel II, 1982. La production annuelle moyenne de ces centrales est de 2300 GWh.

Dès 1921, on construit des lignes à haute tension pour relier les FMB avec d'autres entreprises électriques. La première traverse les Alpes bernoises pour relier les FMB aux usines valaisannes de la « SA pour l'Industrie de l'Aluminium ». En 1923, se fait la liaison avec la Suisse orientale entre les usines du Wäggital (ZH) et Mühleberg. Suit ensuite les raccordements avec les usines d'Olten-Gösgen et Olten-Aarbourg puis avec les Forces Motrices de la Suisse centrale. Une ligne relie les FMB à la Suisse romande depuis 1937. Elle appartient à la « SA l'Energie de l'Ouest-Suisse » (EOS à Lausanne), aux « Entreprises électriques fribourgeoises » et aux FMB. Pour l'exportation, les FMB disposent de deux lignes allant de Bassecourt à Mulhouse, et de Bassecourt à Chalon-sur-Saône.
A la fin de l'année 1947, les FMB possèdent 310 km de lignes à 150'000 volts et 552 km de lignes à 50'000 volts.

Pendant la Deuxième Guerre mondiale, les besoins en électricité augmentent de manière considérable. Une fois la guerre finie, la consommation continue de croître. On va donc se mettre à construire de manière intensive des usines à accumulation, des grands aménagements hydrauliques du genre de celui de l'Oberhasli. Ces constructions se font dans le cadre de partenariat. On peut par exemple citer la fondation des Forces Motrices de la Maggia SA (TI) en 1949, celle des Forces Motrices de Blenio SA en 1956, et de 1950 à 1965 celle du barrage de la Grande Dixence.
Dès les années cinquante, en parallèle à ces vastes constructions, on commence à s'intéresser à l'énergie nucléaire. En 1957, Atel (entreprises régionales Aar et Tessin d'électricité SA), les FMB, EOS et les NOK (Forces Motrices du nord-est de la Suisse SA) fondent la Suisatom SA. A la même époque, deux autres groupements sont fondés, Therm-Atom SA et Energie nucléaire SA (ENUSA). Ces trois groupes vont se réunir pour unifier leurs forces au sein de la « Société nationale pour l'encouragement de la technique atomique industrielle » (SNA) en 1961. En 1968, la centrale expérimentale de Lucens est mise en service mais en 1969 déjà, une panne stoppe son activité.
De leur côté, les FMB prennent la décision de construire leur propre centrale nucléaire le 11 mars 1967. Un consortium est formé avec les entreprises Brown, Boveri & Cie SA (Baden), et General Electric Technical Services Co (New-York) est chargé de la construction. Le chantier commence le 1er avril 1967 et l'usine de Mühleberg est mise en service en 1971 pour une phase expérimentale qui dure jusqu'en novembre 1972. Aujourd'hui, elle fournit de l'électricité à 40 % de la clientèle des FMB.

Depuis les années 1990, les FMB se tournent aussi vers les énergies renouvelables. Elles participent à la centrale solaire de Mont-Soleil et comme actionnaire majoritaire à la centrale éolienne Juvent SA.
Elle est en outre propriétaire de la centrale éolienne de Bockelwitz (D), achetée en 2008, et de la centrale solaire du stade de Suisse construite en 2005 et 2007.

Depuis 2008, le courant produit par FMB est issu de 26 centrales hydrauliques, 4 centrales nucléaires, 2 installations d'énergie solaire, deux parcs éoliens et une usine à gaz.
La production globale des FMB était en 2007 de presque 9,7 TWh, dont environ 40 % d'énergie hydraulique et 60 % d'énergie nucléaire. Elle fournit environ 2200 MW.

Emma Chatelain, 14/07/2009
Dernière modification: 28/07/2009

Bibliographie

Ernest Moll, Les forces motrices bernoises : à l'occasion du cinquantenaire de leur fondation, 1898-1948, Berne, Staempfli, 1949
1898-1973. Forces Motrices Bernoise SA : 75 ans, 1973
FMB Forces motrices bernoises SA, [Berne, 1984]
Bernard Romy, Le Meunier, l'horloger et l'électricien. Les usiniers de la Suze, 1750-1950, Intervalles, no 69-70, automne 2004, p. 213-215

Informations transmises par le service « Media Communications » des FMB (Katharina Wyssen)

Lien: http://www.fmb.ch/bkwfmb/fr/home/inhalte.html