Blanchard, Jean-Pierre (1762-1824)

Né à Undervelier le 7 décembre 1762. Décédé à Soyhières le 22 novembre 1824 (inhumé le 25 dans le cimetière). Fils de Joseph et d'Anne-Marie née Pétermann.
Etudiant au séminaire de Porrentruy en 1786 et 1787, il reçoit la tonsure et les ordres mineurs le 9 juin 1786 ; il est ordonné sous-diacre le 2 juin 1787, diacre le 22 décembre 1787, prêtre le 17 mai 1788 (à Porrentruy, dans l'église du collège). Il est approuvé pour la première fois le 17 mai 1788. Il vécut d'abord comme ermite et vicaire à Undervelier.
Pendant la Révolution, il se retire à Soleure en 1793, puis dans diverses localités de la région d'Ulm. Il signe son adhésion au concordat, à Strasbourg, le 20 septembre 1802 ; il a reçu le même jour la permission de dire la messe usque ad organisationem generalem. Curé de Kolbingen (D, près d'Ulm, dans le Bade-Wurtemberg) dès 1803, il rentre au pays en 1816. Le 28 novembre 1816, il est désigné pour desservir et administrer in divinis la succursale « vacante » de Röschenz, dans laquelle réside toujours l'ancien curé (François Joseph Gobel). Le 24 juin 1817, il est nommé curé de Soyhières.
Partout où il passa, il laissa la réputation d'un saint. Bienfaiteur du peuple, ami des pauvres, il étudia la médecine et le droit pour rendre service à ses paroissiens. Mgr Salzmann, évêque de Bâle, fit faire une enquête canonique à son sujet.

Jean-Pierre Renard et Emma Chatelain, 16/09/2005
Dernière modification: 2/11/2009

Bibliographie

Vie de l'abbé Jean-Pierre Blanchard, curé de Soyhières, mort en odeur de sainteté (1762-1824), 3e éd., Fribourg 1925
Eugène Folletête, « Rauracia Sacra ou dictionnaire historique du clergé catholique jurassien », in ASJE, 36, 1931, pp.111-112
Pierre-Olivier Walzer, Vie des Saints du Jura, Réclère, 1979, pp. 420-454
Pierre Olivier Walzer, Père Blanchard, Mère Marie de Sales Chappuis, Sainte Léonie Aviat, Soyhières 2002
Jean-Pierre Renard, Le clergé paroissial dans les arrondissements de Delémont et de Porrentruy avant et après la réorganisation de 1802-1804, Saignelégier 2009, p. 196