Banque cantonale bernoise (BCBE)

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter les articles sur la direction, le bilan et les bénéfices et les succursales.

La Banque Cantonale Bernoise (BCBE), Berner Kantonalbank (BEKB) en allemand, est fondée en 1834 sous le nom de Banque cantonale de Berne. Son nom actuel est issu de sa fusion, en 1991, avec la Caisse hypothécaire du canton de Berne.
Créée pour contribuer à la prospérité économique du canton en mettant de nouveaux capitaux à la disposition du commerce, de l'industrie et de l'artisanat, la BCBE va notamment jouer un rôle important dans le financement des chemins de fer ou la construction des usines électriques.

C'est le 30 juillet 1834 qu'est adopté le premier règlement de la banque. Les capitaux nécessaires proviennent des fonds de l'Etat. La haute surveillance incombe au Conseil-exécutif ; la direction est du ressort du département des finances et d'une direction particulière qui lui est subordonnée (composée de cinq membres dont le président est membre du département des finances). Un directeur est placé sous l'autorité de cette direction. Les bureaux ouvrent le 1er octobre 1834.
Le 12 novembre 1846, suite notamment à la fondation de la Caisse hypothécaire du canton de Berne (pour soutenir l'agriculture et l'artisanat), une nouvelle loi sur la banque cantonale est adoptée. La commission de cinq membres est supprimée ce qui rend la banque plus directement dépendante du département des finances et l'octroi de crédits est limité aux seuls résidents du canton de Berne.

Dans les années 1850, on commence à discuter du poids du rôle de l'Etat dans la banque. On évoque la possibilité d'en faire une banque par actions et non plus une banque d'état ce qui permettrait d'alléger l'appareil administratif, de le rendre plus professionnel et moins dépendant des pouvoirs politiques. Ces discussions aboutissent à la nouvelle loi du 5 mars 1858. Si la banque reste bien une banque d'Etat, elle gagne néanmoins un peu d'indépendance par rapport à l'administration cantonale. On institue un conseil d'administration (30 membres élus par le Conseil-exécutif pour 6 ans) qui s'occupe désormais de la direction et nomme le directeur de la banque (avant c'était le rôle du Grand Conseil). Parmi ce conseil d'administration, cinq membres forment la Direction. Cette nouvelle loi permet aussi l'ouverture de succursale. Les trois premières sont ouvertes durant l'année 1858. Il s'agit de Saint-Imier (1er juillet), Bienne (15 septembre) et Berthoud (1er octobre).

En 1865, une nouvelle loi rend la banque encore plus indépendante des pouvoirs publics. C'est désormais le conseil d'administration qui peut nommer le directeur, les principaux fonctionnaires et les gérants des succursales sans ratification du Conseil-exécutif. Cette nouvelle loi permet aussi à la banque, qui a besoin de plus de capitaux, d'émettre des obligations avec participation au bénéfice. En 1882, le Conseil fédéral accorde en outre le droit à la banque d'émettre ses propres billets de banque. Cette activité prendra fin en 1907 avec la création de la banque d'émission fédérale, la Banque nationale suisse.

En 1886, en raison de pertes subies par la banque à la suite d'erreurs de gestion, un mouvement d'opinion voit le jour pour un retour en arrière dans la direction de la banque. Le 1er juillet 1886, une nouvelle loi est adoptée qui redonne plus de compétences aux pouvoirs publics. Le conseil d'administration est supprimé et c'est le Conseil-exécutif qui reprend la haute surveillance. La banque est dirigée par un conseil de sept membres dont cinq sont nommés par le Conseil-exécutif (le président de la banque - nommé par le Grand Conseil - et le conseiller d'Etat en charge des finances en font partie). Le président de la banque préside la Direction et le Conseil de la banque. La direction de la banque est formée du président et des deux directeurs.

En 1914, une nouvelle loi est adoptée. La banque peut désormais étendre son activité à l'octroi de crédits hypothécaires. Son capital est augmenté. Au niveau des organes, le comité de banque remplace l'ancienne Direction de la banque. Il se compose du président, d'un membre du conseil de banque et d'un délégué de la direction centrale. On adopte aussi l'idée d'une caisse de retraite mais la guerre retarde le projet au 1er janvier 1921.

Emma Chatelain, 10/02/2011

Bibliographie

W. Egger, La Banque cantonale de Berne, 1834-1934, Berne, 1934
Othmar Schürch, La Banque cantonale de Berne a 125, [Berne], 1959
Urs Huber, La Banque cantonale de Berne a 150 ans : les années 1959 à 1984, Berne, 1985
Les activités de la Banque cantonale de Berne, [S.l.], [198-?]
BCBE, Rapport de gestion, 1985-2009

E. Imobersterg, Banque cantonale de Berne, succursale de Bienne, 1858-1958, Bienne, [1958]
E. Imobersteg, Banque cantonale de Berne, succursale de Saint-Imier, 1858-1958, Bienne, 1958
F. Terrier, La banque cantonale de Berne à Porrentruy : 1868-1968, [S.l.], [s.n.], [1972]

Lien: http://www.bekb.ch/fr/index.htm