Neveu, Joseph Guillaume de (1782-1819)

Conseiller aulique, secrétaire du prince-évêque de Neveu, diplomate et ambassadeur autrichien. Né à Offenburg (Bade-Wurtemberg), décédé à Rio de Janeiro (Brésil). Fils de François Conrad, conseiller intime et président de la Chambre des comptes, et de Marie Elisabeth von Eberstein. Célibataire. Au début de l'année 1800, il voulut entrer dans la carrière militaire, ce que son oncle, le prince-évêque François Xavier de Neveu, lui déconseilla avec insistance. N. étudie alors le droit à Göttingen (Basse-Saxe), puis effectue un stage auprès du conseiller aulique viennois von Lufendorf. Suite à la démission de Schumacher en 1802, son oncle le prend à son service en tant que secrétaire et le nomme conseiller aulique. Ce fut la dernière nomination d'un magistrat auprès du prince-évêque de Bâle. Il accompagne son souverain à Ratisbonne (Bavière), Vienne et finalement à Offenbourg (Bade-Wurtemberg). En 1804-1805, Schumacher le relève et reprend à nouveau son poste de secrétaire du prince-évêque. En 1806, N. entre au service du Grand-Duché de Bade et devient assesseur du Conseil aulique et référendaire de la régence à Fribourg-en-Brisgau. Au mois d'avril 1806, il séjourne à Paris par ordre du grand-duc de Bade. A cette occasion, il présente les prétentions de son oncle envers Baden concernant la liquidation de ses dettes à Talleyrand, ministre des affaires étrangères français, dont il obtient des déclarations rassurantes. En 1807, il est nommé conseiller d'Etat à Karlsruhe ; en 1808, il est déplacé à Fribourg-en-Brisgau sur sa demande. Lors du séjour dans sa ville des trois monarques alliés contre Napoléon, il suggère le premier (2.1.1814) à Metternich la séparation de l'Evêché de la France et son rattachement à Berne (actes de réunion). Encore en janvier, le gouverneur général d'Andlau le fait appeler à Vesoul en qualité de sécretaire personnel. Au printemps de la même année, il intègre la chancellerie de Metternich et suit les armées alliées victorieuses à Paris. En mai, Metternich l'envoie à Vienne où, de concert avec Moosthal et les représentants jurassiens de Billieux et Delfils, il active la restitution de l'Evêché. En 1815, il quitte le service de Bade et est envoyé à Den Haag la même année en tant que diplomate autrichien. Il fut encore camérier et ambassadeur de l'Autriche à la cour impériale du Brésil.

Philippe Hebeisen, 8/09/2005
Dernière modification: 21/06/2011

Bibliographie

M. Jorio, Der Untergang des Fürstbistums Basel (1792-1815), Fribourg, [1983], pp. 261-262