Péry (électrification), 1897

En 1897, les autorités de Péry font construire une centrale électrique sur le Pissot. Outre l'éclairage du village, elle alimente notamment la cimenterie Robert Vigier SA à Reuchenette. Le réseau n'est cependant pas à la hauteur des espérances, sujet à de nombreuses pannes et très irrégulier dans son approvisionnement. En octobre 1900, après une ixième panne, la cimenterie menace de résilier son abonnement si la commune n'entame pas immédiatement de sérieux travaux. La commune réagit mais, craignant des coûts trop élevés, elle renonce à entreprendre une importante modernisation et décide finalement de confier l'exploitation de la centrale à un industriel qui serait prêt à exploiter une fabrique au village. C'est l'entreprise Dreyfus Frères SA de Bienne qui va répondre à cette offre et fonder la Péry Watch. La cimenterie va alors résilier son abonnement et se tourner vers la centrale de Hagnek qui lui fournira son électricité dès juin 1902.
Géré par des privés, le réseau n'en fonctionne pas mieux. En 1907, Dreyfus renonce à son exploitation. La commune reprend alors le réseau et se décide à conclure un contrat avec Verinigten Kander -und Hagneck-Werke AG (qui devient ensuite les Forces Motrices Bernoises (FMB) en décembre 1907). Au terme du contrat, le 1er janvier 1928, les FMB rachètent le réseau communal et assurent désormais sa gestion et son développement. La centrale est elle abandonnée dès 1908 ; aujourd'hui, il n'en reste rien. Quant à la Péry Watch, elle est rachetée et en 1934, elle devient Carfa SA, fabrique de papier carbone et articles de bureau (fermée en 2003).

Emma Chatelain, 14/05/2009
Dernière modification: 28/07/2010

Bibliographie

Joseph Luterbacher, Péry vue à travers les siècles, 1984
Bernard Romy, Le Meunier, l'horloger et l'électricien. Les usiniers de la Suze, 1750-1950, Intervalles, n° 69-70, automne 2004, p. 205-209
Bernard Romy, La Suze, une rivière au parfum d'énergie ! [Enregistrement vidéo], Les Films de la Côte, 2008