Verreries

Dans le Jura, les verreries se développent le long du Doubs et de la Birse. En effet, la fabrication de verre nécessite la réunion de gisements de sable, de grandes quantités de combustibles et d'un cours d'eau pour le transport du bois par flottage.

- Verreries de la Heutte
En 1594, le prince-évêque Christophe Blarer de Wartensee concède un terrain, au lieu-dit la Vanne, aux verriers soleurois Johann Thurschmidt et biennois Niklaus Wäber, associés à Claudi Monning de Pieterlen. La verrerie est ensuite déplacée « an der Wasserfallen » malgré la forte opposition des villageois qui craignent les ravinements consécutifs au déboisement. En 1647, l'ensemble des verriers, avec à sa tête Hans Heinrich Wäber et David Flury, achète le terrain de l'Essert-Gromez pour défrichement. Environ douze ans plus tard, des dissensions au sein de la communauté de l'Essert-Gromez la font se séparer en deux : un groupe, sous la direction de Benedikt Monnin, rejoint les verriers de Gänsbrunnen pour s'établir dans le Chaluet (commune de Court) ; l'autre groupe, avec les Wäber s'installe au-dessus de Lobschez, à proximité du Doubs.


- Verreries du Chaluet
Au 17e siècle, un groupe de verriers, sous la direction de Hans Rubischung s'établit dans le Chaluet, sur les terres de l'abbaye de Moutier-Grandval (commune de Court), où il s'associe avec d'autres verriers, notamment le groupe conduit par Benedikt Monnin.
Quatre verreries vont se succéder au Chaluet :
- la Vieille Verrerie de l'Envers-derrière-Sairoche, exploitée de 1657 à 1673. Elle est déplacée dans une autre secteur forestier, la Belle-Coste, en raison de tensions entre verriers catholiques et protestants.
- La Belle-Coste. Le nouveau contrat est en faveur des catholiques, soit Hans Rubischung, Hans et Stoffel Flury, Adam Sigwart et Hans Schell.
- La Vieille Couperie. Dès 1699, la plupart des fours passent en mains de verriers d'origine allemande.
- Verrerie des Droits et Envers de Chaluet. Le quatrième bail est signé en 1714 par Hans Gräsle, Hans Jacob Schmid et Michel Hug. Elle est exploitée jusqu'en 1938.

Ces verreries sont fouillées de 1952 à 1954. Découverts par Frédéric Neukomm, les sites sont fouillés grâce à des subventions de l'Association pour la Défense des Intérêts du Jura (ADIJ) et la direction scientifique est confiée à Alban Gerster et André Rais. Des fouilles plus approfondies reprennent en 2000 dans le cadre de la construction de la transjurane.

Emma Chatelain, 6/10/2008

Fonds d'archives

Mémoires d'Ici (Saint-Imier), dossiers documentation « verrerie », « Court, Le Chaluet »

Bibliographie

Gustave Amweg, Les Arts dans le Jura bernois et à Bienne, tome 2, Porrentruy, 1941, p. 403-446
André Rais, « Les deux verreries de Chaluet », in Les Intérêts du Jura, no 7, juillet 1954, p. 137-150
Guy-Jean Michel, « Familles verrières et verreries dans la principauté de Porrentruy aux XVIIe et XVIIIe siècles », in Actes SJE, 1985, p. 51-83
Guy-Jean Michel, Verriers et verreries en Franche-Comté au XVIIIe siècle, Erti, 1989
Cécile Gonda, La verrerie de Roches, à Rebeuvelier. Découverte d'un atelier du 19e siècle, Porrentruy, 2005