Deutsch

Office central d'information

L'Office central d'information est fondé en octobre 1952, suite à une demande des futurs fondateurs de l'Union des Patriotes jurassiens (UPJ). En effet, en septembre 1952, René Vuilleumier, alors vice-président du Grand Conseil et membre fondateur de l'UPJ, et d'autres habitants de Tramelan, adressent à la Délégation du Conseil-exécutif pour les Affaires jurassiennes (DCEAJ) huit questions visant à s'assurer du soutien bernois au cas où un mouvement antiséparatiste viendrait à voir le jour (voir page 2).
La DCEAJ se réunit le 16 septembre 1952 pour répondre à ces questions. La suggestion de créer auprès de la Chancellerie une centrale dont le rôle serait d'émettre et de collecter des renseignements est approuvée. On décide donc de recommander au Conseil-exécutif de créer une centrale d'information sur la Question jurassienne . Le but de cette centrale serait de collecter et transmettre les informations nécessaires à la commission de presse pour les affaires jurassiennes (c'est-à-dire l'Association pour l'entente entre Berne et le Jura).
La Délégation décide de donner ses réponses, par oral, le 13 octobre 1952 au Rathaus.
C'est à cette date qu'est donc officiellement créé l'Office central d'information, dirigé par M. Schneider, chancelier d'Etat, et comprenant MM. Hof, vice-chancelier, A. Christe, adjoint à la section française, et E. Meyer, suppléant de l'Archiviste de l'Etat et membre de l'Association pour l'entente entre Berne et le Jura.
Cet Office a un rôle triple : collaborer avec l'Association pour l'entente entre Berne et le Jura ; répondre aux questions posées par des tiers sur les affaires jurassiennes ; réunir des informations pour contrer la propagande séparatiste.

Emma Chatelain, 4/12/2006
Dernière modification: 9/07/2009

Fonds d'archives

AEB, Fonds Moine, « Question jurassienne I ».

Bibliographie

Emma Chatelain, « Nous sommes des hommes libres sur une terre libre ». Le mouvement antiséparatiste jurassien (1947-1975), son idéologie et ses relations avec Berne, Alphil, 2007, p. 57-59