Gueissaz, Elie (1921-1981)

Né à Lausanne le 6 mars 1921. Décédé à Neuchâtel le 3 mai 1981, terrassé par une crise cardiaque. Fils du Dr Ernest Gueissaz (1893-1943), petit-fils d'Otto de Dardel (1864-1927). Epouse Marie-Anne Gueissaz, présidente du Conseil général de la ville de Neuchâtel et député libérale au Grand Conseil neuchâtelois, quatre enfants. Protestant, ancien d'église de sa paroisse.
Etudes de sciences à l'Université de Neuchâtel puis à l'Ecole polytechnique de Zurich, où il obtient son diplôme d'ingénieur en 1947. Directeur technique de la Revue automobile à Berne (1948). Ingénieur au serivce des automobiles des PTT à Berne (1949-1952) puis à la direction des Flug- und Fahrzeugwerke d'Altenrhein (1952-1953), avant de devenir directeur technique de la Fonderie Boillat à Reconvilier (1954-1964). Directeur général de la Sociét français Gardy de Paris (1964-1969). Directeur de Métaux Précieux SA Metalor à Neuchâtel dès 1969, président de la direction (1973-1981) et administrateur-délégué (1975-1981).
Membre de la commission d'urbanisme de Reconvilier. Membre du conseil d'administration de la Chambre cantonale (neuchâteloise) du commerce et de l'industrie.
Membre du Parti libéral neuchâtelois (PLN), président de la section Neuchâtel-ville (1976-1979), il tient des chroniques régulières dans La Suisse libérale.
Membre des Etudiens (société gymnasiale). Président des Anciens-Etudiens (1975) et membre du comité d'organsation du centenaire de la Société de l'Etude en 1977, corédacteur de la publication Elie Gueissaz, Gustave Rousselot, Jean-Pierre Jelmini et al., Centième anniversaire de la Société de l'Etude 1877-1977, Neuchâtel : [L'Etude]/Comité des anciens Etudiens, 1977. Membre de la Société de Belles-Lettres de Neuchâtel (1941). Membre du comité de la Société des Anciens-Belletriens neuchâtelois (1972-1981, président 1974-1977), président du comité d'organisation du 150e anniversaire des Belles-Lettres (1980-1981). Très engagé socialement, il est membre de diverses sociétés et associations, dont le Club alpin suisse (CAS) ou encore la Noble compagnie des mousquetaires (société de tir de la ville de Neuchâtel, dès 1976).
Major (1957).

Pierre-Yves Donzé et Philippe Hebeisen, 7/10/2005
Dernière modification: 9/06/2020

Bibliographie

Belles-Lettres de Neuchâtel, Livre d'or, 1832-1960, [Neuchâtel], 1962, p. 304
Société de Belles-Lettres de Neuchâtel, Livre d'or 1832-1960 : supplément 1984, [Neuchâtel] : société des anciens-bellettriens neuchâtelois, 1984, p. 49, n° 1443
Feuille d'avis de Neuchâtel, 30 décembre 1957
FAN/L'Express, 18 novembre 1975 ; 22 novembre 1976 ; 14 octobre 1980 ; 4 mai 1981
L'Impartial, 20 mars 1964 ; 5 mai 1981