Heyer, Virginie (1986-)

Heyer, Virginie (1986-)Originaire de Biel-Benken (BL), née le 7 juin 1986 à Moutier. Aînée d’une fratrie de 5 enfants. Mariée, pas d’enfant. Vit à Perrefitte.

Économiste, femme politique (PLR), maire de Perrefitte.

Après une maturité au Gymnase français de Bienne, où elle obtient un prix d’excellence pour son travail de maturité intitulé « 50 ans du Gymnase, émancipation de la femme », H. suit des études d’économie et de management à l’Université de Neuchâtel, où elle obtient un Bachelor (2005-2008) puis un Master en développement international des affaires (2008-2010). Elle reçoit le Prix jeune Consulting pour le meilleur travail de Master en entreprise. Elle est alors embauchée chez PricewaterhouseCoopers SA, à Neuchâtel, où elle fait de l’audit bancaire (2010-2013). De plus en plus investie en politique dès 2011, elle continue en parallèle ses activités d’audit et de conseil, et développe ses compétences en obtenant divers certificats de formation continue dans le domaine.

H. entame sa carrière politique dès la fin de ses études au sein du Parti bourgeois-démocratique (PBD), qu’elle intègre en 2009. Elle se porte candidate au Grand Conseil bernois en 2010 et au Conseil national en 2011. Le 27 novembre 2011, H. est élue maire de Perrefitte avec huit voix d’avance face au candidat sortant, Gérard Houriet (indépendant, maire de 2006 à 2012). H. est alors âgée de 25 ans et fait de son âge un argument politique, puisqu’elle souhaite notamment proposer une « alternative jeune » au village » et « endiguer la baisse de la population » (RJB, 22.09.2011). Elle est réélue tacitement en 2015 et en 2019. Alors que son parti, le PBD, est en perte de vitesse, H. – à la fois présidente du PBD JB et vice-présidente du PBD bernois dès 2012 – rejoint le parti libéral-radical du Jura bernois (PLR JB) en 2017. C’est sous cette bannière qu’elle est élue au Grand conseil bernois le 25 mars 2018. Depuis lors, H. est membre du comité du PLR JB.

Membre (dès juin 2018), vice-présidente puis présidente (dès juin 2020) du Conseil du Jura bernois (CJB), H. est engagée dans la représentation de la minorité francophone au sein du canton de Berne. Elle porte ces questions au sein du Grand Conseil bernois, en interpellant notamment le Conseil-exécutif au sujet de la suppression de 80 postes dans l’administration centrale (2018). Également présidente depuis 2018 de l’association de communes Jura bernois.Bienne (Jb-b, qui succède à la Conférence des Maires du Jura bernois CMJB, que H. a également présidée en 2015-2016) et de l’association des communes bernoises (ACB, dès 2019), elle s’engage pour le « renforcement » du Jura bernois « en tant qu’espace de vie et place économique, en tenant compte des exigences sociales, économiques et de développement durable » (RJB, 11.02.2020).

Au début de sa carrière, H. montre peu d’intérêt pour la Question jurassienne (Biel/Bienne 2012). Les votes de 2013 et de 2017 l’amènent toutefois à se positionner clairement en faveur du maintien du Jura bernois et de la ville de Moutier dans le canton de Berne. Elle co-préside alors le comité interparti « Notre Jura bernois » aux côtés de Jean-Pierre Graber (UDC) dans le cadre de la campagne autour de la votation du 24 novembre 2013 sur la création d’un nouveau canton regroupant le Jura bernois et le Canton du Jura (refusé dans le Jura bernois avec 71,8% des voix, mais accepté à Moutier avec 55% de « oui »). Elle organise également un congrès du mouvement pro-bernois Force démocratique le 9 novembre 2013 à Perrefitte, sur invitation de son président d’honneur Marc-André Houmard. En 2017, elle préside le comité « Moutier, j’y tiens ! », qui plaide pour le maintien de la cité prévôtoise au sein du canton de Berne (vote du 18 juin 2017 du transfert de Moutier, invalidé le 5 novembre 2018 par la préfète Stéphanie Niederhauser).

Depuis 2018, H. est membre du comité du service des soins à domicile de Moutier et environs (ESPAS) .

Anne-Valérie Zuber, 13/06/2022
Dernière modification: 17/06/2022

Bibliographie

Michael Bassin, « Les partis unis pour plaider la stabilité », in Journal du Jura, 29.04.2017
Michael Bassin, « Virginie Heyer voit son avenir au PLR », in Journal du Jura, 16.11.2016
Michael Bassin, « La nouvelle voix de Perrefitte », in Journal du Jura, 12.04.2012
Pierre-Alain Brenzikofer, « Femme plurielle », in Journal du Jura, 26.10.2019
Pierre-Alain Brenzikofer, « Comme une lettre pour 80 postes à la trappe », in Journal du Jura, 31.08.2018
Pierre-Alain Brenzikofer, « Présidente puissance deux », in Journal du Jura, 9.3.2022
Vincent Donzé, « J’ai trouvé un citoyen décédé chez lui », in Le Matin, 2.2.2022
Serge Jubin, « Virginie Heyer, pasionaria surprise du loyalisme bernois », in Le Temps, 6.11.2012
François Lamarche, « Virginie Heyer vs. Pierre-Yves Grivel », in Biel/Bienne, 30-31.05.2012
Dan Steiner, « Ce n’est pas un aboutissement, mais un commencement », in Journal du Jura, 01.11.2018
Aude Zuber, « Pas besoin de défendre les femmes », in Journal du Jura, 8.3.2017
« Virginie Heyer prend la tête du CJB », in RJB, 28.05.2020
« Un brin d’causette avec… Jura bernois.Bienne », in RJB, 11.02.2020
« Bonjour M’dame l’maire – Virginie Heyer », in RJB, 18.09.2018
« Les soins à domicile fêtent leurs 20 ans », in Journal du Jura, 27.04.2018
« Le Jura bernois dit non à 72% à un nouveau canton, mais Moutier accepte », in RTS, 26.11.2013
« Un duel se dessine à Perrefitte », in RJB, 22.09.2011
« Virginie Heyer remporte la mairie de Pierrefitte », in RJB, 27.11.2011

Informations transmises par Virginie Heyer, le 8.5.2022

Iconographie

Virginie Heyer. Source : Virginie Heyer 2022 (image libre de droit)

Lien: http://www.virginieheyer.ch/