Blanchard, Madeleine (1942-)

Originaire de Beurnevésin. Née Roth le 4 mai 1942, à la ferme « Les Perrières », à Bonfol. Dite «la Madelon».
Pionnière du bénévolat au profit de la médiation du patrimoine historique, la culture populaire et la vie sociale dans toute la région jurassienne.
Écoles primaire et secondaire à Bonfol (1949-1958). École commerciale à Porrentruy, apprentissage à l’Étude de Me Henri Spira, avocat, à Porrentruy (1958-1961). De 1961 à 1968, B. travaille à la Direction d’arrondissement des téléphones à Bienne, et, de 1974 jusqu’à sa retraite en 2004, au Journal du Jura à Bienne. Passionnée de chevaux et d’histoire, elle publie une page sur l’épreuve de l’attelage des chevaux de trois ans (contrat d’attelage, aujourd’hui disparu) dans le journal de son employeur en 1982.
Parallèlement à son parcours professionnel, elle poursuit de nombreuses activités bénévoles de courte durée (elle fait partie de l’équipe de cuisine du train à vapeur des Franches-Montagnes, en tant que membre de l’Association La Traction ; offre l’apéritif aux dragons jurassiens lors de leur démobilisation à Safnern (BE) ; participe aux manifestations de la troupe théâtrale des Echaipouses de Coeuve), et se construit une véritable « carrière » de bénévole, qui inclut les mandats bien plus longs et de nombreuseuses initiatives.
Ainsi, durant 25 ans, B. gère le secrétariat de la Société de cavalerie de la vallée de Tavannes, et, durant 30 ans, elle est secrétaire au jury du concours hippique à Tavannes. Elle est également secrétaire au jury à de nombreux concours d’attelage dans le Jura. En tant que membre du comité de la Société de cavalerie, elle participe à la construction du Manège de Tavannes en 1985. Par la suite, elle organise pendant dix ans les « Noëls au Manège de Tavannes » et met en scène des contes, qui se jouent en costume et à cheval, accompagnés de musique.
Pendant une dizaine d’années, elle se consacre, en tant que samaritaine, aux Courses de Bienne (course de 100km).
Elle est parmi les premières bénévoles à marquer les débuts de l’Opération Nez-Rouge en terre jurassienne dès 1990.
En 1991, elle fonde un groupe musical de clairons à cheval avec le professeur de musique Maurice Bernard, de Coeuve.
Ayant suivi en 1992 les cours des samaritains pour chevaux du Verein für Pferdesamariter und Pferderettungswesen en allemand, elle fonde dès 2002 l’Association romande des samaritains pour chevaux, qui couvre les sept régions francophones du pays.
Dans les années 2000, une autre mission bénévole s’offre à elle : B. fait partie des caissières du Royal à Tavannes dès la résurrection de cette ancienne salle de cinéma en 1999.
Après sa retraite, de 2005 à 2009, B. s’engage quasiment à plein temps, mais toujours à titre bénévole, au sein de Promotion Bellelay (aujourd’hui : Maison de la Tête de Moine) en tant que gérante du bâtiment historique. Ce mandat l’amène à diriger, en 2007, une soixantaine d’amateurs en tant que metteuse en scène et scénariste pour une grande fresque historique qui célèbre le centenaire de la fondation du Syndicat chevalin de Bellelay et environs. En 2009, elle réalise un spectacle tout aussi important au même endroit à l’occasion des Olympiades du fromage.
En juin 2012, elle organise, avec Jean-Pierre Graber, l’inauguration du Chemin du Pasteur Frêne – ancien chemin reliant Châtelat à Sornetan, découvert dans le Journal de ma vie du Pasteur Frêne et reconstruit – à l’initiative de B. – d’après d’anciennes cartes topographiques et autres recherches aux archives cantonales de Berne.
En 2016, B. s’investit en tant que secrétaire, caissière, collectrice de fonds et organisatrice pour la réalisation et la journée d’inauguration théâtralisée de la fresque de la Petite Gilberte de Courgenay sur le mur de la maison familiale de Gilberte, qui a lieu le 26 août 2017. Elle participe à la création et gère également le site internet commémoratif www.gilbertedecourgenay.ch à partir de 2018.
Patoisante, B. écrit des textes basés sur des histoires vécues de Bonfol et les publie sur le site www.djasans.ch. Ses amis patoisants lui dédient une chanson, « La Madelon du chemin », sur une musique de Paul Montavon, « mon Vèye Hôta », à l’occasion de l’inauguration du Chemin du Pasteur Frêne.

Kiki Lutz, 19/11/2020
Dernière modification: 20/11/2020

Bibliographie

L’Ajoie, 6 septembre 2016
Arcinfo (www.arcinfo.ch) , 20 juin 2007, 2 août 2015
www.djasans.ch (consulté le 05.11.2020)
www.gilbertedecourgenay.ch (consulté le 05.11.2020)
Le Journal du Jura, 10 avril 1982, 4 juillet 1989, 15 octobre 2009, 18 juin 2012
Les Planches, septembre 2007
www.petit-val.ch (consulté le 14.10.2020)   
Le Quotidien Jurassien, 31 décembre 2018
Informations transmises à la rédaction par Madeleine Blanchard (2018/2019/2020)