Meyer, Henri (1887-1967)

Originaire de Tscheppach (SO). Né Henri-André. Décédé en janvier 1967. Fils d'Emile Meyer et frère de Georges Meyer, industriels. Allié Girod.
Sa famille, venue de Moutier, s'installe à Pontenet en 1899, où il termine sa scolarité. Suivent trois ans d'études à l'Ecole de commerce de Neuchâtel et cinq ans à l'Ecole de mécanique du Technicum de La Chaux-de-Fonds, d'où il ressort avec le diplôme de technicien.
Il reprend alors la direction technique de la fabrique d'ébauches E. Meyer et ses fils, dirigée et cofondée par son père sous la raison sociale Meyer et Kramer en 1899. A la mort de ce dernier, en 1938, il prend la direction de l'entreprise, qu'il abandonne en 1944 lors de sa vente à Ebauches SA, qui ferme la fabrique après des années de dissidence au sein du cartel horloger fraîchement formé. Membre fondateur de l'éphémère (1936-1941) Coopérative horlogère indépendante, basée à La Chaux-de-Fonds, société dont le but était la défense des intérêts des maisons horlogères (encore) indépedantes du cartel.
Membre du conseil municipal de Pontenet de 1916-1919, puis de 1929-1941, il sera élu vice-maire puis maire de son village.

Philippe Hebeisen, 11/05/2020
Dernière modification: 13/05/2020

Bibliographie

L'Impartial, 31 décembre 1931 ; 18 janvier 1967
Feuille d'avis de Neuchâtel, 20 juin 1961
Feuille officielle suisse du commerce (FOSC), n° 261, 14 août 1899, p. 1051 ; n° 237, 16 septembre 1920, p. 1775 ; n° 15, 20 janvier 1937, p. 141 ; n° 147, 26 juin 1941, p. 1248
www.rjb.ch (4.5.2020)
Johann Boillat, « Contrôler la dissidence : naissance et évolution du cartel horloger suisse (1931-1941) », in Margrit Müller, Heinrich R. Schmidt, Laurent Tissot (éds.), Marchés régulés : corporations et cartels, [annuaire de la] Société suisse d'histoire économique et sociale, 26, 2011, pp. 261-274