Moeckli, Jean-Marie (1929-2013)

Originaire de Basadingen (TG). Né le 27 juin 1929 à Delémont. Décédé le 20 avril 2013 à Porrentruy. Fils de Paul Moeckli (1890-1967), enseignant, directeur de l'Ecole de commerce de Delémont (1918-1958), et de Marguerite Hof, fille d'Alexandre (1864-1922), maître secondaire, puis directeur du Dépôt fédéral des alcools de Delémont. Neveu de Georges Moeckli. Le 15 juillet 1957, M. épouse Sylvia Giger, fille de Walter et Olga Tschan, deux fils.
Etudes gymnasiales à l’Ecole cantonale de Porrentruy (maturité classique en 1948) puis études de lettres classiques à l'Université à Genève (licence en langues anciennes 1953), où il milite au sein de l'association estudiantine du Groupe d'études socialistes. Il est alors également membre de l'équipe nationale universitaire de football, évoluant par ailleurs en 1ère ligue.
De 1955 à 1969, il est professeur de français à l’Ecole cantonale de Porrentruy au sein de laquelle il remplace Pierre-Olivier Walzer. Son enseignement y connaîtra plusieurs parenthèses, lors de ses missions à l'étranger et notamment en 1965-1966, lorsqu’il participe à la formation des enseignants du niveau secondaire supérieur au Congo, en tant que professeur de littérature francophone à l'Institut pédagogique national de Léopoldville (auj. Kinshasa). Dès 1975, M. est engagé comme secrétaire général à plein temps de l'Université populaire jurassienne (UP). Pédagogue, théoricien autant que praticien, il est en effet l’un des fondateurs et la cheville ouvrière de l’UP, association interjurassienne dont il est le premier secrétaire administratif (bénévole, dès 1957) puis le secrétaire général permanent (1975) avant d’en être nommé membre d’honneur (2012). Pionnier à l’origine de nombreuses initiatives novatrices, on lui doit entre autres la mise sur pied du premier Bibliobus du Jura et du Jura bernois (1977, idée inspirée du Danemark, comme l'UP, mise en place après 14 ans d'efforts), le développement des cours de langues et l’organisation de stages et de voyages culturels. Après avoir quitté son poste de secrétaire général de l'UP, il s'investit encore beaucoup dans sa commission Culture et voyages.
En 1960, Jean-Marie Moeckli est recruté par l'UNESCO pour organiser l'éducation des adultes au Congo, projet malheureusement inabouti. L’organisation onusienne lui confie aussi divers autres mandats pour l'analyse des politiques culturelles (approximativement une quinzaine, d'une durée d'environ deux mois), au Zaïre, au Togo, au Bénin, au Cap-Vert, en Tunisie, en Côte d'Ivoire, au Sénégal. Et, durant cette même période (années 1960), le Conseil culturel du Conseil de l'Europe l’envoie en mission en Italie, en Hongrie, en Finlande, en Belgique, au Portugal et au Canada.
De part son action et son engagement, M. s’impose alors comme un spécialiste reconnu de l’action culturelle et de la formation d'adultes. De fait, le gouvernement bernois fait appelle à lui en tant que secrétaire et animateur de la Commission cantonale constituée en 1969 sous la présidence du conseiller d’Etat Simon Kohler, devenant ainsi la cheville ouvrière du projet de Centre culturel jurassien, d'abord nommé Maison jurassienne de la culture, idée soufflée au conseiller-exécutif par Marcel Joray, président de l'Institut jurassien des sciences, des lettres et des arts (IJSLA). Inabouti, ce projet est néanmoins à l’origine des centres culturels régionaux et de la fondation en 1975 de l’Association jurassienne d’animation culturelle (AJAC), dont M. est le secrétaire du comité provisoire.
Animée par son emblématique secrétaire général (poste entretemps devenu professionnel), l’UP s’impose dans les années 1970 comme une sorte de modèle en matière d’éducation des adultes et d’animation socio-culturelle. M. devient ainsi membre du comité de l’Association des Universités populaires suisses (AUPS, président 1968-1976 et dont il est membre d’honneur). Il est également nommé membre du comité directeur de la Commission nationale suisse de l’UNESCO (CNSU, 1973-1979) et membre du comité directeur de Pro Helvetia (1974-1985). De plus, M. s’investit encore dans la Bibliothèque pour tous (Bibliomedia Suisse dès 2002), dont il est membre du conseil de fondation du printemps 1974 au printemps 1990. En 1985, il fait encore partie de la délégation Suisse à l’UNESCO lors de la 4e conférence internationale sur la formation des adultes (Paris, 19-29 mars 1985). Membre du conseil de fondation de la Fondation Créativité au troisième âge.
C’est dans cet esprit qu’il s’engage comme président de la Commission cantonale des affaires culturelles (CCA, canton du Jura, 2004-2005) puis comme coprésident de la Commission culturelle interjurassienne (CCIJ) qui lui succède (2006).
Dans le cadre de la Question jurassienne, M. fait partie  du Mouvement pour l’Unité du Jura (3e force), notamment de son comité exécutif nommé en 1969.
Sur un plan plus régional, M. est président de Pro Senectute Jura (1986), président (1996), vice-président puis président a.i. (2002-mai 2005) de l’association « Partenaires pour l’emploi ». Ancien président de la Fondation « Delémont-capitale ». Durant l’année 2000, Roger Schindelholz et Jean-Marie Moeckli (relayés ultérieurement par Jacques Stadelmann) interviennent pour qu’une rue de Delémont soit dédiée à Albert Meister. C’est ainsi qu’en 2007, la rue Courte devient la rue Albert-Meister.

Philippe Hebeisen, 7/05/2013
Dernière modification: 8/09/2014

Bibliographie

www.unifr.ch/sociomedia/2007/uploads/Rapport_finalpolcuju.pdf (26.2.2008)
Objetctif emploi, 39, septembre-octobre 2003, p. 2
www.ccij-culture.ch/fr/La_commission/Historique/Historique.html (26.2.2008)
Jurassica, 18, 2004, p. 1
www.tsr.ch (26.2.2008) - Les grands entretiens, émission de la TSR diffusée le jeudi 12 juin 2003
http://swe.jura.ch/ppe/activites.htm (26.2.2008)
www.stiftung-kreatives-alter.ch/fr/stiftungsrat/ (26.2.2008)
www.lycee.ch/bacheliers.php (26.2.2008)
www.unesco.org/education/pdf/251_13.pdf (26.2.2008)
Le Quotidien Jurassien, 19 avril 2007 ; 22 et 24 avril 2013
Le Journal du Jura, 12 juin 2003 ; 26 et 29 avril 2013
www.jura.ch (hommage du gouvernement, 23.4. 2013)
Université populaire jurassienne, Rapport d’activités de l’association faîtière 2012, p. 5
« Moeckli Jean-Marie, fondateur Université populaire du Jura et ancien secrétaire », TSR, Les Grands Entretiens, 12 juin 2003- http://www.rts.ch/g/1gZj
www.upjurassienne.ch (hommage de J.-Cl. Crevoisier à J.-M. Moeckli, avril 2012)
www.up-vhs.ch/fr/aups/membres/membre-dhonneur (1.5.2013)
Du collège des jésuites au lycée cantonal : quatre cents ans d'histoire (1591-1991), Porrentruy : Lycée cantonal, 1991, pp. 194, 205
Jean-Philippe Gobat, Ascendance des huit premières générations et consanguinité des enfants du couple Gobat-Juillerat de Crémines. Avec la descendance des deux premières générations des ascendants, Moutier, 2001, p. 31
Pauline Milani, Le diplomate et l'artiste. Construction d'une politique culturelle suisse à l'étranger (1938-1985), Neuchâtel, Alphil, 2013, pp. 382-383
www.chronologie-jurassienne.ch (7.5.2013)
Informations transmises par Jean Marc Voisard et Laurent Voisard.